QUID DES HÉRITAGES DE P. LUMUMBA ET L.D. KABILA ?

Patrice Lumumba et Laurent Désiré Kabila sont deux héros nationaux congolais. Ils ont été assassinés pendant qu’ils étaient en exercice de leurs fonctions. Lumumba, Premier ministre (1960-1961) fut assassiné le 17 janvier 1961 et Laurent-Désiré Kabila (LDK), Président de la République (1997-2001) est assassiné le 16 janvier 2001. Après leur disparition, que reste-t-il de leurs héritages ?

Par Freddy Mulumba Kabuayi

L’histoire de la RDC est parsemée de drames et de tragédies depuis la Conférence africaine de Berlin en 1885. La plupart des leaders congolais sont assassinés par les colonisateurs belges et des services secrets

occidentaux. Les leaders connus sont Simon Kimbangu, Patrice Lumumba et L.D. Kabila.

Simon Kimbangu, premier prisonnier politique, est mort en prison après 30 ans d’incarcération sous la colonisation belge. Son crime est d’avoir contesté la suprématie blanche. Patrice-Emery Lumumba, Premier ministre, est assassiné le 17 janvier 1961. Son corps avec ceux de ses deux compagnons sont coupés en morceaux et dissous dans l’acide sulfurique. Son crime est d’avoir dit non au néo-colonialisme et à la balkanisation du Congo.

Laurent-Désiré Kabila, troisième Président de la République démocratique du Congo, est assassiné le 16 janvier 2001. Son crime est d’avoir refusé toute mise sous-tutelle du Congo par les forces économiques mondialistes et la balkanisation du Congo.

À ces assassinats, il faut ajouter celui de la prophétesse Kimpa Vita, brûlée vive avec son enfant par les négriers européens du fait qu’elle s’opposa à la traite négrière dans l’ancien royaume Kongo.

Si durant l’esclavage et la colonisation européenne, les assassins de leaders congolais ne furent pas bien connus, après l’indépendance du Congo, les criminels sont bien identifiés. Il s’agit des services secrets belges et américains. En effet, les assassinats de Patrice Lumumba et Laurent-Désiré Kabila se sont passés durant la période de transition après l’élection présidentielle aux États-Unis d’Amérique, puissance leader du monde occidental libre et capitaliste. En ce qui concerne le premier ministre P. Lumumba, il fut assassiné le 17 janvier 1961 pendant la période de transition (8 novembre 1960 – 20 janvier 1961) entre le président sortant D. Eisenhower et le président élu John F. Kennedy.

Quant au président Laurent-Désiré Kabila, son sort était scellé pendant cette même période de transition. Il est assassiné le 16 janvier 2001 pendant la période de passation du pouvoir à la Maison Blanche (8 novembre 2000 – 20 janvier 2001) entre le président sortant William Clinton et le président élu George W. Bush. Cette coïncidence des assassinats prouve que l’assassinat d’un président ou d’un leader congolais est exécuté si le président américain donne son feu vert.

En tout état de cause, pour certains analystes de la politique congolaise, les assassinats des leaders politiques s’inscrivent dans la stratégie des puissances occidentales et leurs multinationales, défenseurs des droits de l’Homme et de la démocratie, d’empêcher l’émergence des élites patriotiques congolaises.

Cette stratégie permet de conserver la mainmise sur les richesses du Congo à travers des hommes politiques à leur solde.

Cependant, la chance du Congo réside dans le fait que tous ces deux grands leaders, Patrice Lumumba et Laurent-Désiré Kabila, ont laissé un héritage à travers leurs testaments au peuple congolais.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *